Séminaire « Histoire et enjeux de la communication publique territoriale »

Démarrage du séminaire de recherche « Histoire et enjeux de la communication publique territoriale » (2017-2018), co-organisé par l’IEP de Rennes, la Chaire TMAP, le laboratoire PREFics/CERSIC (Infocom Rennes 2) et le réseau Capcom.

L’idée d’organiser un séminaire de recherches courant sur l’année universitaire 2017-2018 est née en 2014, alors que se déroulait au Forum annuel Cap’Com de la communication publique un « grand format » sur le thème de l’histoire culturelle des territoires. L’objectif de ce débat, animé par Frédéric Theulé et qui reposait notamment sur la conférence de Didier Francfort, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nancy 2, était de replacer le paramètre historique au cœur des politiques de communication publique développées par les territoires. Le parti-pris consistait à démontrer aux communicants publics présents (directeurs de la communication, webmestres, rédacteurs en chef…) que tous les territoires ne se valent pas. Chaque commune, chaque métropole, chaque département, chaque région peut se prévaloir d’atouts culturels et historiques spécifiques que les professionnels de la communication ont la possibilité de mettre en avant afin de dépasser le cadre habituel des discours convenus.

Ce Forum Cap’Com nous a permis de mieux cerner le cadre professionnel des communicants publics, et a attiré notre attention sur l’existence d’un « métier » qui, depuis la fin des années 1980, s’est structuré en un groupe professionnel de quelque 25000 acteurs. Quasiment inexistante il y a quarante ans, la fonction de « communicant public » s’est progressivement organisée dans un contexte marqué par le développement de la décentralisation, l’essor de la fonction publique territoriale, l’évolution des médias d’information, mais aussi la montée en puissance du marketing et de

la publicité. La constitution d’un groupe de professionnels communément appelés « communicants publics territoriaux » doit également beaucoup à l’impulsion d’acteurs institutionnels ainsi qu’à la mise en place progressive, à partir du début des années 1990, de nombreuses formations – qu’elles soient initiales (universitaires) ou continues (en lien avec le CNFPT). Aujourd’hui, la communication publique territoriale revendique une spécificité qui revêt la forme d’un ensemble de valeurs, au premier rang desquelles l’on retrouve la citoyenneté et l’intérêt général. Le réseau Cap’Com, qui créa en 1988 le tout premier forum de la communication publique et qui célébrera en décembre 2018 ses 30 années d’existence, en est l’un des principaux dépositaires.

La problématique de la communication publique territoriale demeure à ce jour un sujet relativement méconnu. Si des analyses existent sur les médias[1], la communication politique[2], les discours des élus locaux[3], la communication publique d’Etat[4], l’action publique locale[5] ou encore de la fonction publique territoriale[6], peu d’ouvrages traitent encore de la communication publique d’un point de vue territorial[7], alors même que ce sujet intéresse tout autant l’histoire de la communication que celle des pouvoirs locaux. L’approche historique par l’objet de la communication territoriale permet en outre d’apporter un éclairage original sur les mutations territoriales post-décentralisation et l’ébauche de constitution d’un réel pouvoir local après les lois de 1982-1986.

Le séminaire se déroulera en plusieurs temps. Il s’agira tout d’abord de délimiter notre champ d’action : comment la communication publique territoriale se définit-elle ? Nous nous attacherons ici à replacer le sujet dans le contexte plus large des pouvoirs publics territoriaux, proposerons une approche juridique et évoquerons les dynamiques d’institutionnalisation et de désinstitutionnalisation qui touchent les communicants publics.

Dans un second temps (séance 2), nous analyserons les premières années de la communication publique territoriale telle qu’elle se pratique sur les territoires, tout particulièrement au tournant des années 1970 et 1980. Nous verrons alors de quelle manière cette fonction puise dans les techniques et le vivier journalistiques pour se structurer sur le terrain, mais également de quelle manière est organisé, en 1988, le premier forum de la communication publique territoriale en France.

Dans un troisième temps, nous proposerons une analyse de la structuration du champ professionnel de la communication publique territoriale dans les années 1990 et 2000. Deux séances seront consacrées à ces questions, qui nous permettront d’évoquer tout à la fois l’essor des formations initiale et continue, l’évolution du réseau Cap’Com, la digitalisation de la profession, l’influence de la déconcentration, la mutualisation des actions de communication entre les différents niveaux de collectivités locales et l’essor du marketing territorial.

Nous consacrerons nos deux dernières séances à des thématiques structurantes. La séance 5 sera ainsi dédiée aux relations entre communication publique territoriale et journalisme : de quelle manière les techniques de la communication influent-elles sur le champ journalistique, et inversement ? Quels sont les terrains professionnels sur lesquels les journalistes et les communicants se retrouvent, et au contraire quels sont les points d’achoppement entre les uns et les autres ? Lors de la 6e et dernière séance, nous amorcerons une analyse des rapports entre communication et politique. Nous verrons également de quelle manière le communicant public territorial s’inscrit de plus en plus dans le cadre de la fonction publique territoriale. Enfin, observant la montée en puissance des médias sociaux dans le champ de la démocratie locale, nous nous interrogerons sur le renouvellement du rôle du communicant public.

Un colloque ponctuera le séminaire, lequel donnera lieu à une publication scientifique, dont la parution pourrait être concomitante avec les 30 ans du réseau Cap’Com (automne 2018).

[1] Notamment : DELPORTE Christian et D’ALMEIDA Fabrice, Histoire des médias, de la Grande guerre à nos jours, Flammarion, 2010 ; DELPORTE Christian et D’ALMEIDA Fabrice, Histoire des médias en France, Flammarion, 2003.

[2] Notamment : Aldrin Philipp, Hubé Nicolas, Ollivier-Yaniv Caroline et Utard Jean-Michel (dir.), Les mondes de la communication publique, PUR, 2014 ; GERTSLE Jacques, La communication politique, Armand Colin, 2004.

[3] Notamment : LE BART Christian, La rhétorique du maire-entrepreneur, critique de la communication municipale, Pédone, 1992 ; LE BART Christian, Les mots de… la vie politique locale, PU Mirail, 2014.

[4] Notamment : ZEMOR Pierre, La communication publique, Puf, coll. Que sais-je ?, 2008.

[5] PASQUIER Romain, La gouvernance territoriale. Pratiques, discours et théories, Paris, LGDJ, 2013 (2e éd.). ; CADIOU Stéphane (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, LGDJ, Lextenso Editions, 2016.

[6] Voir notamment sur le sujet : BILAND Emilie, La fonction publique territoriale, La Découverte, 2012 ; COLMOU Yves, « Les collectivités locales : un autre modèle », revue Pouvoirs, 2006/2, n° 117, Le Seuil, pp. 27-37.

[7] Signalons toutefois : DAUVIN Pascal, La communication des collectivités locales. L’ambivalence politique, L’Harmattan, 2015 ; DELJARRIE Bernard et MEGARD Dominique, La communication des collectivités locales, LGDG-Dexia, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *