Histoire de la com publique territoriale : 3 problématiques parmi d’autres…

Ci-dessous ma contribution lors de la séance inaugurale du séminaire « Histoire et enjeux de la communication publique et territoriale », séminaire co-organisé par la Chaire TMAP (IEP Rennes), le laboratoire PREFIcs/CERSIC (Infocom Rennes 2) et le réseau Cap’Com. Cette première séance a eu lieu le vendredi 13 octobre à l’IEP de Rennes.

Prochaine séance 2017 du séminaire : vendredi 15 décembre à l’IEP de Rennes (@hist_com_territ)

Didier Chauvin – Maître de Conférences

Responsable Master COMTERR – labo PREFics/CERSIC

**************

Histoire de la communication publique territoriale :

3 problématiques parmi d’autres…

Dominique Mégard parlait à l’instant de la “distance” induite par la démarche scientifique… or la distance ne se « réalise » pas spontanément, elle se construit, elle s’appuie sur une méthodologie qui elle même s’inscrit dans une épistémologie… c’est-à-dire selon un “point de vue”… Puisque “c’est le point de vue qui crée l’objet”, vieil adage épistémologique, je vais expliciter ici mon “point de vue”, d’où je regarde ce champs – à la fois scientifique et professionnel – de la communication publique territoriale.

Je voudrais, au moment du lancement de notre séminaire, et en complément des éléments proposés par mes collègues, évoquer 3 problématiques, sous la forme de 3 tensions dialectiques qui vont à la fois étayer mon écoute et également stimuler ma participation à nos travaux pendant ce séminaire.

Des travaux qui s’inscrivent évidemment dans un contexte de dislocation/recomposition générale des formes instituées (et instituantes pour reprendre un terme de mon Maître Jedi C. Castoriadis) que sont les institutions, les territoires, les identités, les formes organisationnelles de l’action collective, les professionnalismes, etc.

Un contexte que l’on peut qualifier d’héraclitéen, de flux permanents, d’altérations constantes, qui nous amène à ré-interroger les pratiques sociales au sens large, j’y inscris bien sur les pratiques professionnelles et managériales, contexte qui du coup fait émerger de nouvelles interrogations. La catégorie d’ « émergence » étant d’ailleurs centrale dans cette perspective.

Une des hypothèses qui a prévalu à l’organisation de ce séminaire est que le réseau Capcom, l’association Capcom, serait un acteur, un dispositif (ici au sens foucaldien du terme) important de l’institutionnalisation, de la codification et du déploiement d’un champ professionnel (un champ…, donc travaillé par des logiques contradictoires, des rapports de forces, symboliques et autres, par des émergences)… en l’occurrence le champ des “communicants territoriaux”.

Nous verrons, grâce à l’ensemble des participants, en quoi cette hypothèse peut être valide, quels sont les éléments qui permettent de la valider ou l’invalider, (Popper dirait “réfuter”…) comment s’est donnée à voir – à travers des permanences, des récurrences ou des ruptures – cette construction d’un champ professionnel instituant… d’un ensemble de stratégies, de pratiques, de statuts, de métiers, de compétences… mais aussi de controverses et de débats.

 1ère problématique de mon point de vue : la tension “institutionnalisation/désintitutionnalisation”

Lorsque l’on écoute les dircoms ou responsables de communication territoriale, on est frappé par la récurrence – récente – du terme de “désinstitutionnalisation” des pratiques de communication. Qu’entendent-ils par-là ? Lire la suite

Séminaire « Histoire et enjeux de la communication publique territoriale »

Démarrage du séminaire de recherche « Histoire et enjeux de la communication publique territoriale » (2017-2018), co-organisé par l’IEP de Rennes, la Chaire TMAP, le laboratoire PREFics/CERSIC (Infocom Rennes 2) et le réseau Capcom.

L’idée d’organiser un séminaire de recherches courant sur l’année universitaire 2017-2018 est née en 2014, alors que se déroulait au Forum annuel Cap’Com de la communication publique un « grand format » sur le thème de l’histoire culturelle des territoires. L’objectif de ce débat, animé par Frédéric Theulé et qui reposait notamment sur la conférence de Didier Francfort, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nancy 2, était de replacer le paramètre historique au cœur des politiques de communication publique développées par les territoires. Le parti-pris consistait à démontrer aux communicants publics présents (directeurs de la communication, webmestres, rédacteurs en chef…) que tous les territoires ne se valent pas. Chaque commune, chaque métropole, chaque département, chaque région peut se prévaloir d’atouts culturels et historiques spécifiques que les professionnels de la communication ont la possibilité de mettre en avant afin de dépasser le cadre habituel des discours convenus.

Ce Forum Cap’Com nous a permis de mieux cerner le cadre professionnel des communicants publics, et a attiré notre attention sur l’existence d’un « métier » qui, depuis la fin des années 1980, s’est structuré en un groupe professionnel de quelque 25000 acteurs. Quasiment inexistante il y a quarante ans, la fonction de « communicant public » s’est progressivement organisée dans un contexte marqué par le développement de la décentralisation, l’essor de la fonction publique territoriale, l’évolution des médias d’information, mais aussi la montée en puissance du marketing et de Lire la suite

Les communicants territoriaux en tension

Les collectivités locales sont des acteurs importants des politiques de développement des territoires. Ces formes organisationnelles sont bousculées par de nombreuses logiques en tension : incantation à une démocratie participative, logique de « territoire-services », politiques d’attractivité territoriale et de marketing territorial, e-administration, « territoire 2.0 ». Ce processus de recomposition organisationnelle, centré essentiellement sur une nouvelle économie de l’information et de la communication, entre en tension avec les dispositifs et pratiques héritées dans ce champ ainsi qu’avec les stratégies des autres acteurs territoriaux (French Tech, EPCI, EPL, etc…) qui ont également une « vocation communicante ». Les services de communication des collectivités locales sont des espaces particulièrement impactés par ces évolutions. Il s’agit pour nous de travailler à la compréhension – avec les professionnels eux-mêmes – des évolutions des pratiques et des mutations des compétences des communicants territoriaux, dans un contexte numérique généralisé et dans la perspective de la mise en place de la « réforme territoriale ». L’objectif central de notre séminaire vise à appréhender et comprendre les conséquences de ces transformations sur les identités professionnelles de ces communicants en nous appuyant sur les hypothèses de travail d’une « compétence communicationnelle distribuée », de l’émergence et du déploiement de nouvelles formes de « professionnalités ».